366 lieues sous les mers

24 décembre 2018

Un amour de

Un amour de chaton dans mon lit ce matin avec ses grands yeux et son sourire malicieux.

 

Des fois, on a le droit d'écrire des posts pourris et mièvres au possible et auto-satisfaisants parce que c'est presque Noël et que ça parle d'amour-guimauve.

Posté par Ceher à 17:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]


La onzième heure

Le papillon a voleté dans mes nuages cérébraux toute la journée. Il a fini par se poser à la onzième heure sur mon téléphone pour télégraphier son message à la fée qui fêtait son anniversaire hier.

Posté par Ceher à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 décembre 2018

Vite fait bien fait

Musique à fond, voix fortes dans les rues, extérieur débridé et immeuble remuant. Les gens semblent confondre le solstice d'hiver avec celui d'été: on se croirait en pleine fête de la musique. Enfin, comme dirait mon Siamois, 'vite fait, quoi!'

Posté par Ceher à 22:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cathédrale (rattrapage)

La hauteur sous plafond a changé. Par contre, la petite araignée y est restée. Il y a clairement plus de clarté.

La sophrologie a transformé l'intérieur de mon cerveau-studio en séjour cathédrale.

Posté par Ceher à 22:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2018

13/19 décembre - incroyable, au coeur du sujet, un point c'est tout, trio, en plein jour, chaud et froid, les yeux fermés

Incroyable mais vrai, j'ai osé recommencer, sept consignes en un texte ! Messieurs les jurés, ce n'est pas de ma faute, ni de mon fait, si le temps ne me laisse aucun répit.

Le temps, donc... Nous voilà au coeur du sujet. Je dis et répète, toute fière de moi, que le temps n'existe pas, un point c'est tout. Et pourtant, galope-galope, je tourne dans la roue de ma cage, en cobaye zélé, rêvant que cette même roue, à force de tourner, finira par m'emporter loin de cette cage, en plein jour, aux yeux, au nez et à la barbe du Dieu Temps (tout dieu digne de ce nom étant barbu). J'en oublie que je ne suis pas un cobaye, mais un écureuil fait pour grimper dans les arbres jusqu'à la lune. J'en oublie que je ne suis pas une cage mais un arbre. J'en oublie qu'il n'y a pas de roue qui tienne, mais seulement une petite planète qui se révolutionne autour de son soleil, accompagnée de son satellite, une face chaude, une face froide, indéfiniment petit trio au sein d'une immensité sans début ni fin, sans bord ni limite. Voilà ce que je vois, ce soir, quand je ferme mes yeux, quand j'écrase le temps de mes paupières de plomb.

Et que le Grand Cric me croque si je ne reprends pas le cours normal des consignes de nos jolies 366 lieues sous les mers. 

Posté par mamzellepompom à 22:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 décembre 2018

chaud et froid

Ceci est un virus yoyo qui joue aux Sept Familles: la grand-mère commence puis hop, ça retombe chez le petit-fils, ça remonte chez le gendre, hop ça retombe chez le grand-père, et ça finit chez la fille.

Ceci est une fièvre en stroboscope qui joue à cache-cache: il a très chaud, elle a froid, le petit a froid mais elle a très chaud.

On sent que c'est un microbe qui voudrait ben mais qui peut point, qui sait pas trop c'qu'y veut mais c'est-y qu'il est hargneux. Un microbe en gilet jaune, quoi.

Posté par Ceher à 18:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2018

En plein jour

Des heures de sommeil réduites à peau de chagrin, je fais grève des paupières aujourd'hui. Sous mes yeux fermés, il fait nuit comme en plein jour.

Posté par Ceher à 21:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2018

Trio

Trois petites têtes blondes penchées sur un Playmobil l'opèrent. Trois petites têtes blondes hurlent de rire en trois mots. Trois petites têtes blondes se sont trompées de jeu, c'est Dr Maboul qui biiiiiiiiiiiiip quand on le touche.

Soupir. Hier encore, les petites têtes blondes c'étaient nous, et maintenant, nous voilà mères. On s'est pris une génération dans la figure, cousinette.

Posté par Ceher à 22:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2018

13 décembre - Beau

Bouh, tu n'es pas beau, tu ne me plais pas. D'ailleurs, tu ne m'as jamais plu. Allez, va-t-en, lâche-moi, je ne veux pas de toi.

(Soupir.)

J'ai beau essayé, l'autosuggestion est totalement inopérante sur moi en ce moment.

Posté par mamzellepompom à 22:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Beau-Incroyable

Pourquoi, plus le scénario est beau, plus le film paraît incroyable?

Posté par Ceher à 16:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]